lundi 15 mai 2017

C'est Lundi, que lisez-vous ? (9)


Bonjour tout le monde !

On se retrouve pour le rendez-vous du Lundi où je vous présente mes lectures passées, présentes et futures !

C'est parti !

1. Qu'ai-je lu la semaine dernière ?


  • Les Pluies, tome 1 => Un superbe roman post-apocalyptique sur la survie, l'espoir mais aussi l'amour et la fraternité. Vu comment ce premier volet se termine, je suis curieuse de voir ce qui va se passer dans le tome 2 !

2. Que suis-je en train de lire ?


Hanako, fille du soleil levant d'Elodie Loch-Béatrix. Un livre jeunesse qui a l'air très sympa ; en tout cas, je suis amoureuse de la couverture !

3. Que vais-je lire ensuite ?

Je n'ai pas prévu de lectures pour cette semaine.

On se dit à très bientôt pour le prochain numéro du Lundi !

vendredi 12 mai 2017

La femme sans tête

HISTOIRE

Nous sommes à Paris, en 1581. Jean de Moncel, jeune commissaire, est sur la trace d'un tueur de prostituées. Le corps de l'une d'elles, décapitée, le conduit chez un étrange personnage : Théophraste le Noir et sa fille, Sybille, tous les deux alchimistes...

CRITIQUE

La couverture et le résumé m'intriguaient fortement ; et heureusement que je l'ai emprunté au lieu de l'acheter, parce que c'est un énorme flop !

Le roman se passe à la fin du 16ème siècle. Jean de Moncel, notre commissaire, enquête sur plusieurs meurtres de prostituées. L'une d'elles va le mener sur les trace de l'alchimie et surtout dans un curieux domaine : celui de Théophraste le Noir et sa fille, Sybille.

Ce qui au départ devait être une enquête intéressante sur cette série de meurtres ne l'est finalement pas tant que ça. De plus, on se centre énormément sur Théophraste et Sybille, des personnages pas forcément attachants. 
L'enquête en elle-même n'est pas super top et est finalement expédiée en deux temps, trois mouvements. Le contexte historique explique pas mal de choses, certes, mais j'ai trouvé ça vraiment nul !

L'aspect historique, justement, est sans doute le gros point positif du récit : l'auteure sait bien nous plonger dans le contexte et ses descriptions donnent envie de s'attarder dans certaines rues... et d'autres pas !

L'histoire est donc centrée sur deux éléments : l'enquête et l'alchimie. Si j'ai déjà donné mon avis sur le premier point, le deuxième n'est pas aussi passionnant !
Je pensais que l'alchimie serait traitée d'une façon assez abordable pour des non-initiés, mais pas vraiment. On parle de beaucoup d'éléments, sans jamais aller jusqu'au bout des choses. On a quelques explications bien entendu, mais c'est pas suffisant. Les objectifs de Théophraste restent très obscurs une bonne partie du récit. Et même après avoir terminé le livre, je ne me souviens pas du tout de son but final. C'est dire à quel point cette lecture ne m'a pas marquée...

Pour en revenir à l'histoire en elle-même, l'ensemble est très fade : je me suis ennuyée jusqu'à la dernière page. Tout est survolé : on n'a pas le temps de se poser des questions qu'on passe à la scène suivante. C'est très déstabilisant, même si cela s'explique par le nombre de pages (306 en tout). Cela donne donc peu de place à l'auteure pour aller jusqu'au bout des choses...

Les personnages ne s'en sortent pas mieux. Aucun n'est attachant, à défaut d'être vraiment développé.
La famille Noir en est le parfait exemple. Que ce soit le père ou la fille, les deux sont assez étranges : entre le premier avec ses objectifs flous et la deuxième un peu gnan-gnan, c'est pas gagné !
On a aussi Jeanne et Jacob qui vivent dans le domaine des Noir, en tant que serviteurs. Ces deux-là non plus ne sont pas très attachants, même s'ils ont des caractères plus chaleureux que leurs maîtres.
Jean de Moncel est sans doute celui qui s'en sort le mieux, même si c'est toujours pas ça. Il mène son enquête très à cœur et a des principes, ce qui est plutôt rare dans le milieu dans lequel il vit.

Le style est assez plaisant, même si je n'en retiens rien d'exceptionnel. Comme je l'ai écrit plus haut, Viviane Moore sait immerger son lecteur dans le contexte de l'époque. Dommage que le reste ne suit pas...

Un policier historique pas très plaisant, où tout est survolé : histoire, enquête... Sans compter les personnages pas du tout attachants et peu développés.

mercredi 10 mai 2017

Là où tombent les anges

HISTOIRE

Solange, une jeune fille de 17 ans, quitte un père brutal pour tenter sa chance à Paris. Là, elle rencontre Robert Maximilien, qui deviendra son époux par la suite.
Très vite, ce dernier se révèle très autoritaire et se sert de sa femme pour l'exhiber durant les soirées mondaines.

Mais la Première Guerre Mondiale approche et Robert est envoyé au front. Commence alors pour Solange le lent parcours pour regagner l'estime d'elle-même...

CRITIQUE

J'ai découvert ce titre grâce à Mélisende et je voulais donc le lire à mon tour. Etant très friande des romans historiques, le pitch ne pouvait que m'intéresser.
Et effectivement, j'ai passé un superbe moment avec Solange, Lili, Clémence et leurs proches !

La Première Guerre Mondiale approche à grands pas. Le mari de Solange, notre héroïne est envoyé au front. Cette dernière va petit à petit reprendre goût à la vie et surtout, prendre sa place dans une société où les femmes vont peu à peu remplacer les hommes.

Dit comme ça, cela peut sembler très féministe. Je ne l'ai pas ressenti tel quel, mais il est vrai que l'auteure accorde une place très importante aux femmes, puisque ces dernières remplacent les hommes, partis se battre sur le front.

J'ai adoré cet aspect, finalement peu abordé en littérature, du premier conflit mondial, où on se retrouve à l'arrière des tranchées. Les femmes s'émancipent peu à peu, notamment en exécutant des tâches normalement réservé au "sexe fort". Et elles se rendent compte qu'elles peuvent effectuer un travail tout aussi efficace qu'eux. Les premières revues féministes vont alors leur apparition et vont provoquer bien des remous au sein de la population.

Mais n'oublions pas que Là où tombent les anges raconte avant tout l'histoire de trois femmes : Solange, Lili et Clémence.
La première s'émancipe petit à petit lors de l'absence de son mari violent et contact notamment de la tante Emma ; la deuxième est plus "volage" et chante régulièrement dans des cabarets ; et la troisième attend désespérément le retour de son mari, parti également dans les tranchées.
Elles sont toutes plus attachantes les unes que les autres : et le génie du récit, c'est d’alterner roman "classique", coupures de presse et roman épistolaire. Cela permet d'avoir une vue d'ensemble des événements et de ne pas s'attarder sur un personnage en particulier, d'autant plus que le roman s'étale sur plusieurs années.

J'ai adoré Solange ; elle n'hésite pas à quitter son foyer et son père très brutal pour tenter sa chance à Paris. Là, elle écume les bals avec sa meilleure amie, Lili, mais son angoisse d'un lendemain sans avenir la pousse dans les bras de Robert Maximilien. Ce dernier va, après leur mariage, se révéler tout aussi brutal que le paternel, en plus d'être jaloux et de vouloir tout contrôler.
Jusqu'au jour où il est envoyé au front. A partir de là, Solange qui était totalement repliée sur elle-même va peu à peu se rouvrir au monde et faire des choses sur le dos de son mari.
Bon, ça se pas en un coup bien sûr ; l'auteure y va progressivement et c'est le deuxième point fort du bouquin. Rendre un personnage abîmé par la vie plus "ouvert" et qui va surtout accomplir des choses qu'il ne se pensait pas capable de faire.
Solange devient donc une femme de plus en plus épanouie au fur et à mesure que le temps passe, au gré de ses rencontres et de ses discussions avec la tante Emma, qui ne va pas se révéler si acariâtre que ça.

J'ai aussi beaucoup aimé ce personnage qui va devenir un vrai pilier pour Solange. Elle devient presque maternelle avec elle et va nous révéler des choses étonnantes sur son passé.

Lili, la meilleure amie de Solange, est son exact opposé. Elle court les cabarets, elle chante et tombe souvent amoureuse... Bref, une demoiselle libre, malgré sa situation précaire. Elle ne comprend d'ailleurs pas les choix de Solange et va tenter à plusieurs reprises de lui ouvrir les yeux sur sa situation, voire de l'aider à s'en sortir.
Je l'ai moins appréciée que Solange, parce que j'aime pas trop les personnages trop "dévergondés". Mais comme pour la tante Emma, elle va se révéler être une aide précieuse pour Solange.

Clémence est mon deuxième perso préféré du trio. Elle se révèle très forte, accomplissant un travail de dingue, durant des dizaine d'heures par jour pour un salaire de misère. Une femme très anxieuse depuis que son mari, Pierre, est également parti au front. Les lettres qu'ils s'échangent sont d'ailleurs hyper touchantes et montrent deux réalités différentes de la guerre : celle des tranchées et celle de l'arrière.

La plume de Charlotte Bousquet est tout simplement superbe. Elle décrit très bien les conditions de l'époque et nous immerge totalement dans le quotidien d'avant et pendant la guerre. Un récit où les femmes prennent clairement le pouvoir et nous narre leur histoire d'avant et durant ce terrible conflit.

Un récit historique mené d'une main de maître, qui nous dépeint une Première Guerre Mondiale du point de vue des femmes (trois précisément). Une magnifique histoire que je vous invite chaleureusement à lire !

mardi 9 mai 2017

La malédiction Grimm

HISTOIRE

Elizabeth Drew, une ado de 15 ans, accepte un poste dans une bibliothèque qui ne va pas se révéler être une bibliothèque ordinaire.
Car on peut emprunter des objets divers et variés, quels qu'ils soient : instruments de musique, ustensiles de cuisine, chapeaux, robes, etc.
Parmi toutes ces collections, se trouve l'une des plus prestigieuses et des plus étranges : la collection Grimm. Elle renferme tous les objets des plus célèbres contes de fées : le miroir de la belle-mère de Blanche-Neige, les bottes de sept lieues, etc.
Mais une personne malveillante cherche à s'emparer de la collection Grimm et veut nuire à ses protecteurs...

CRITIQUE

J'ai commencé la lecture de ce roman des années auparavant, mais je n'ai malheureusement pas eu le temps de le terminer. J'ai alors pris mon courage à deux mains pour tenter de le lire une deuxième fois, et ça a payé : j'ai passé un bon moment, même si ce n'est pas aussi exceptionnel que ce que à quoi je m'attendais.

On découvre donc Elizabeth, notre narratrice, qui va se lancer dans un poste dans une étrange bibliothèque, poussée par son professeur d'histoires. Là, elle fait la connaissance de curieux personnages et va vite se rendre compte que certaines collections sont plus privilégiées que d'autres. Tel est le cas de la collection Grimm, qui semble d'ailleurs attiser bien des convoitises...

Vous l'avez sûrement compris par le titre, on nage en pleine réécriture de contes de fées. Ici, l'auteure reprend ceux des frères Grimm et les mélange pour les intégrer dans notre monde contemporain. Les objets des contes connus et moins connus sont répertoriés dans la bien nommée collection Grimm. On peut bien évidemment emprunter les objets, mais pas sans risque, et surtout pas sans conséquences...

C'est d'ailleurs le gros point fort de ce bouquin : l'univers des contes est parfaitement intégré dans notre univers, à tel point qu'ils font quasiment partie du quotidien ! On n'oublie pas bien sûr leur utilité magique... Et c'est précisément tout l'enjeu du récit.

Car durant la lecture, on se rend vite compte que la collection Grimm est prise pour cible. On ne sait pas par qui, mais les magasiniers remarquent depuis quelques temps des disparitions inquiétantes, des anomalies dans la collection Grimm et l'apparition d'un étrange oiseau qui semble nuire à tous ceux qui croisent son chemin...
Bref, on nous pose les bases d'une histoire inquiétante, teintée de curiosité (pour la bibliothèque où atterrit Elizabeth) et de fantastique (les objets des contes).

Pourtant, passé la moitié du récit, j'ai senti que je décrochais. Passé le cap de la découverte où j'avais, limite, des étoiles plein les yeux au vu des descriptions fournies par Polly Shulman, j'ai eu du mal à rester dans l'histoire.
Sans doute parce que le récit partait dans un truc auquel je ne m'attendais pas du tout. Cela m'a surprise, mais dans le mauvais sens. J'ai trouvé qu'on partait un peu dans tous les sens et cela m'a déstabilisée. Du coup, j'ai lâché un peu l'affaire, même si je voulais savoir comment l'auteure allait terminer son livre.
Je suis assez satisfaite de la fin... pas vraiment digne d'un conte de fées, mais c'est pas grave. Après tout, ça reste finalement une fin en somme toute basique...

Les personnages sont sympas, même s'ils ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable.
Elizabeth, la narratrice, reste encore la seule pour laquelle j'ai éprouvé le plus de sympathie. Elle nous raconte tout, avec sa vision des choses. On sent surtout son émerveillement du début face à ses découvertes des différentes collections, ses sentiments et ses émotions.
La plus sympa donc, à défaut d'être attachante.

On a Anjali, sans doute celle que j'ai eu le plus de mal à cerner. Elle se montre cool bien sûr, mais y a ce petit quelque chose qui fait que ça n'a jamais marché avec moi.
Idem concernant les deux garçons, Marc et Aaron, deux clichés sur pattes : le beau gosse sportif d'un côté et le ténébreux de l'autre...
Je trouve que les personnages secondaires ne sont pas très travaillés. Cela explique du coup mon manque d'empathie vis-à-vis d'eux.

En revanche, j'ai adoré la plume de Polly Shulman. Elle sait transporter son lecteur dans un monde féerique, par ses descriptions et aussi par l'action. On est happé dès le début, pour ne plus lâcher le bouquin avant la dernière page.

La malédiction Grimm est une découverte très sympathique, avec une réécriture très bien réalisée des contes des frères Grimm. L'auteure a d'ailleurs la bonne idée de parler de leurs contes connus et beaucoup moins connus, ce qui apporte un petit plus au roman.
Je regrette juste des personnages peu travaillés et une histoire qui a finit par me décrocher, suite à une deuxième partie qui part un peu en vrille.

dimanche 7 mai 2017

C'est Lundi, que lisez-vous ? (8)


Bonjour tout le monde !

On se retrouve aujourd'hui pour le rendez-vous du Lundi où je vous présente mes lectures passées, présentes et futures.

C'est parti !

1. Qu'ai-je lu la semaine dernière ?


  • La malédiction Grimm => Un récit très sympa qui reprend bien les éléments des contes des frères Grimm, connus et moins connus.
  • Là où tombent les anges => Un roman historique mettant en scène plusieurs femmes avant, pendant et après la Première Guerre Mondiale. Une lecture tout simplement superbe !
  • La femme sans tête => Un polar historique très fade avec des personnages creux et un style pompeux.
  • Elia, la Passeuse d'Âmes, tome 1 => Un premier tome dystopique avec une héroïne ultra attachante et un univers sombre, même si pas original. Mais, vu comment ça se termine, j'ai hâte de lire le tome 2 !


2. Que suis-je en train de lire ?


Les Pluies, tome 1 de Vincent Villeminot. J'ai hâte de voir ce que ce roman vaut ; en tout cas, le pitch semble très prometteur !

3. Que vais-je lire ensuite ?

Je n'ai pas prévu de lectures pour cette semaine.


Voilà, on se dit à la prochaine pour le rendez-vous du Lundi !