dimanche 31 décembre 2017

Le Pays des Contes, tome 1 : Le Sortilège Perdu

HISTOIRE

Alex et Conner sont des jumeaux qui traversent une période difficile : celle de la disparition brutale de leur père.
Mais un jour, leur grand-mère leur donne un livre qui a marqué leur enfance : Le Pays des Contes. Celui-ci se révèle magique et les transporte dans l'univers des contes de fées.
Malheureusement, l'envers du décor se révèle moins merveilleux que ce qu'ils croyaient...

CRITIQUE

Cela fait des mois, voire des années que j'entends parler de cette saga, qui fait l'objet de bien des critiques élogieuses. Et je comprends mieux : j'ai été aussi séduite par cet univers ! Je dirais même plus : c'est l'une des meilleures réécritures de contes de fées que j'ai pu lire !

Ici, Chris Colfer met en scène des jumeaux, Alex et Conner. Ces derniers tombent accidentellement au Pays des Contes, d'après le livre de leur grand-mère. S'ils ont été marqué par les contes de fées de leur enfance, ils vont vite s'apercevoir que ce monde idyllique cache de bien sombres réalités...

J'avoue avoir eu des craintes en commençant le livre, car j'avais peur d'être déçue. Heureusement, ce ne fut pas le cas !
L'histoire est clairement divisé en deux : notre monde et celui des contes.
L'auteur prend le temps de poser les bases et de nous présenter les jumeaux, aux caractères totalement opposés. Et quand ils débarquent au Pays des Contes, c'est parti pour une avalanche d'actions et de réécritures très bien menés !

Tout d'abord, en ce qui concerne l'action, il est aussi contre-balancé par des temps morts qui permettent à notre duo de découvrir ce monde dont ils ne connaissent finalement pas grand chose. Et, comme eux, on apprend à connaître un univers riche et très bien construit. Les contes cohabitent ensemble, dans une harmonie parfaite : le Pays des Contes porte vraiment bien son nom !
Je ne me suis pas ennuyée une seconde : à chaque fois qu'un chapitre se terminait, je voulais absolument savoir ce qui allait se passer ! J'ai été, comme Alex (surtout) et Conner, fascinée par les lieux qu'ils visitaient et les rencontres qu'ils faisaient.

On assiste à pas mal de rebondissements (même si j'avais deviné un élément essentiel, révélé en fin d'ouvrage) et de révélations, même si, forcément, tome un oblige, on n'a pas toutes les réponses aux questions qu'on se pose. J'ai hâte de lire la suite, pour voir ce que l'auteur nous réserve dans les volets suivants !

Concernant les réécritures en elle-même, comme je l'ai dit, elles sont tellement réussies et de manière tellement équilibrée que l'ensemble de l'univers en est tout à fait cohérent.
J'ai tout particulièrement aimé la façon dont il revisite Cendrillon, Blanche-Neige, Boucle d'Or, mais surtout, surtout, un antagoniste qui m'a toujours fascinée : la Méchante Reine.
Chris Colfer lui a offert un backgroud très intéressant, ce qui la rend finalement très humaine. Un des meilleurs points du roman, pour moi !

Malgré tout, je relève un couac : pour rentrer chez eux, les jumeaux doivent récupérer huit objets magiques, qui ont marqué le monde des contes de fées. Or, la quête se révèle finalement assez facile, ce qui m'a surprise : je pensais que le duo rencontreraient davantage d'obstacles sur leur route.

Pour les personnages, j'ai ressenti clairement plus d'attachement pour Alex que pour Conner.
Alex est l'exemple typique de l'élève modèle, qui collectionne les bonnes notes. Elle adore lire et est fascinée par le Pays des Contes. Du point de vue comportemental, elle pourrait être ma jumelle : j'ai adoré la façon dont elle admire les paysages, les lieux, les personnages qui l'ont marquée, voire façonnée (cf. la scène de la tour de Raiponce et la première rencontre avec Cendrillon). J'aurais réagi exactement pareil à sa place !

En revanche, Conner m'a moins plus. Certes, c'est lui qui reste le plus terre-à-terre et qui remets sa sœur sur le droit chemin ; néanmoins, je n'ai aimé certaines de ses réactions, que j'ai trouvée brusques, voire franchement désobligeantes. J'espère mieux l'apprécier dans les autres tomes, parce que là, il n'a pas marqué des points en sa faveur !

Et les personnages de contes ? Chris Colfer a tenté de respecter le manichéisme qu'on trouve dans ce type d'ouvrages et c'est plutôt réussi. Néanmoins, certains d'entre eux sont davantage travaillés et présentent des fêlures qui les rendent plus humains et moins "persos de papier".
La Méchante Reine en est un parfait exemple, mais le Petit Chaperon Rouge et Boucle d'Or sont aussi de bonnes illustrations. Cela les rend plus intéressantes à suivre et plus développées que dans leurs contes d'origine, en leur offrant notamment une histoire et une personnalité.

J'ai beaucoup aimé aussi la Belle au Bois Dormant et Cendrillon. Leur caractère m'a rappelé leurs versions Disney qu'on connaît tous, mais avec des variantes ; ainsi, la Belle au Bois Dormant se révèle dotée d'une personnalité plus marquée qu'Aurore. Pareil pour Blanche-Neige que j'ai trouvée plus intéressante dans cette version que celle plus connue, de Disney.
Bref, des personnages marquants, attachants et vivants que j'ai aussi hâte de retrouver dans les prochains volumes !

Chris Colfer sait raconter une histoire et nous transporter dans un monde à la fois lointain et proche de nous. Le tout une plume addictive, qui offre de belles descriptions, sans jamais tomber dans le surplus. Cela renforce le côté "exploration", vécue par les jumeaux.

Ce premier tome est une véritable merveille : histoire, univers, personnages, tout est (presque) parfait ! Je regrette juste une certaine facilité dans la recherche des objets magiques.
Mais si vous cherchez une excellente réécriture de contes de fées, je vous conseille vivement ce premier tome !

3 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Depuis le temps que je vois cette sage en boutique je n'ai jamais franchi le pas en l'achetant mais elle m'intéresse grandement.
    En tout cas, bonne année Setsuka ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !
      Bonne année à toi aussi :D

      Supprimer